J’ose m’exprimer avec douceur et vérité parce que le plus important pour moi c’est être authentique et créer des relations respectueuses avec les autres pour créer le monde dans lequel je veux vivre.

 

Je m’appelle Audrey, j’ai 35 ans, je suis écriveine*.

J’écris pour sentir qui je suis,
pour accepter la réalité,
pour me sentir reliée aux autres,
pour améliorer.

Je te propose de te faire la courte échelle pour que tu oses dire ce que tu penses. Je t’accompagne pour que tu assumes d’être qui tu es profondément et que tu crées la réalité qui te convient.

*Pas -vaine parce que je choisis la chance à l’inutilité, la vie plutôt que le vide !

 
 

Qui suis-je …originale, curieuse, vulnérable, anxieuse, courageuse, sentimentale, exigeante, attachante, perfectionniste, bancale, lumineuse ?

On dit de moi que je suis instable, que je me disperse, que je suis touche-à-tout, que je suis borderline. Depuis longtemps, je me sens spéciale. J’ai envie de savoir qui je suis et quoi faire de ma vie. J’ai besoin de comprendre et d’expérimenter. J’ai vécu 9 ruptures amoureuses dont un divorce. J’ai subi 3 anesthésies générales. J’ai habité dans quatre pays différents, j’en ai visité 23. J’ai développé une maladie auto-immune (endométriose). J’ai déménagé 11 fois. J’ai eu un fort penchant pour l’alcool et le sucre. J’ai exercé 14 métiers différents. J’ai expérimenté la fécondation in vitro. J’ai eu l’impression de mourir et renaître un paquet de fois. Et tu sais quoi ? je suis toujours là ! Je suis VIVANTE et souriante

Parmi cette intense diversité, il y a une chose à laquelle je reste fidèle depuis plus de trente ans :
moi Audrey je m’exprime !

 

La première de la classe

Petite, j’étais fortiche en orthographe, peut-être que je tiens ça de ma mère qui est championne au Scrabble ! Peut-être aussi parce que je lisais beaucoup, ça m’a appris à mieux conjuguer, à étoffer mon vocabulaire. Très tôt, j’écrivais des poèmes et des cartes postales à mes proches. En primaire, j’adorais les dictées. Au collège, j’évitais de le dire car on me traitait d’intello ! J’ai eu un bac Littéraire option théâtre avec mention assez bien. Puis j’ai fait des études de Médiation culturelle et communication où j’ai suivi des cours de communication écrite et orale, j’ai appris à faire des synthèse de documents. A cette époque, j’ai écrit des articles pour le journal universitaire et j’animais une émission de radio.

La secrétaire

Ensuite, j’ai eu différents boulots, le principal était administratrice pour des compagnies de spectacle. Je pouvais satisfaire mon besoin d’écrire avec les centaines de mails que je rédigeais chaque semaine, les comptes-rendus de réunions, les demandes de subventions. Ce qui me plaisait le plus, c’était les post-it que je glissais dans les enveloppes avec les feuilles de paie pour les artistes et les newsletter que je rédigeais. Sûrement parce que c’était moins formel, je pouvais ajouter ma touche personnelle !

L’animatrice

En 2018, je vivais en Finlande et j’aimais raconter mes aventures pittoresques à mes proches. Une amie coach m’a suggéré de publier sur un blog. RadiOdré est née et m’a libérée, délivrée ! A ce jour, plus de 130 textes sont publiés, j’avais trouvé un support pour m’exprimer publiquement et j’ai redécouvert le plaisir d’entendre ma voix. Des gens ont aimé, ça m’a encouragée.

La lectrice

Alors j’ai proposé mes services à la médiathèque pour lire à voix haute des textes francophones pour les Finlandais amoureux de notre belle langue. Plus tard, j’ai aussi été donneuse de voix pour un audiobook pour personnes malvoyantes.

L’artiste

J’ai suivi une formation pour être auto-entrepreure, et je m’ennuyais fermement, faut dire que mon finnois était balbutiant. Je me suis mise à inventer un personnage, à écrire des histoires et j’ai créé un spectacle d’art de rue. J’étais Jacqueline Rions, ex DRH de l’Oréal exilée près du cercle polaire, qui faisait visiter les lieux insolites de sa ville d’adoption. Je me suis beaucoup amusée et j’ai réussi à faire rire des Finlandais (ce qui n’est pas une mince affaire!). Habillée en guide déjantée, avec mon micro portatif, j’ai renoué avec mon bagou ! L’année d’après, en France, je créais le concept d’Histoires coquines au coin du feu : j’avais rassemblé plusieurs textes sur l’amour et l’érotisme et je les lisais lors de soirées chez l’habitant.

La porte-parole

Tu l’auras compris, j’aime les mots, les écrire, les dire. Longtemps je m’en suis servie pour plaire et faire rêver. Aujourd’hui, je me sers de mes talents littéraires pour concrétiser mes envies. J’ai à cœur de parler vrai, de résoudre, de démêler, de conseiller, de faire avancer les choses qui me semblent injustes.
Je m’inspire beaucoup de Marshall B. Rosenberg, un psychologue américain qui a créé la Communication Non Violente, de Don Miguel Ruiz et de ses quatre accords toltèques, d’Isabelle Padovani qui a créé la Communification© et Thomas d’Ansembourg, ancien avocat et animateur pour jeunes délinquants (Cessez d’être gentil, soyez vrai ! Les Éditions de l’Homme).

 

Mes plus grands maîtres sont les enfants (les tout petits) parce qu’eux sont naturellement spontanés et vrais.

 

Moi Audrey, je suis aussi :

Toute la vie d'Odré... ou presque
Dance solo