La maîtresse a rangé son maillot d’bain

education.png

À écouter 

À lire

Allez hop la grande récré est finie ! Les grands achètent les dernières fournitures : les intercalaires, les cahiers 21 x 29,7, les cartables Dora l’exploratrice enfin j’imagine qu’en 2018 c’est plutôt les hand spinner et casque bluetooth. Pendant ce temps, les moyens finissent leurs cahiers de vacances in extremis et les petits font les derniers pâtés de sable. Tous sentent l’excitation et le stress du retour à la réalité. Finies les veillées, il va falloir recadrer toute cette vie bohème. On décale petit à petit l’heure du coucher pour tous. Il faut se remettre dans le rythme “lolo / toto / dodo”. L’humeur est morose car tous préféreraient encore faire des sudoku, des ptits déj interminables dans le jardin, des nuits blanches titubantes. Les mômes se font des promesses : “vous les copains je ne vous oublierai jamais”, on se promet de s’écrire, d’imprimer les photos mais tout en sachant qu’on ne le fera pas.
On gratte les traces de décalcomanies sur les bras et le vernis roses, on démêle les cheveux blondis et plein de sel qui va falloir re discipliner. Je me souviens de l’excitation en primaire et de la tenue de rentrée toute neuve bien propre et repassée prête sur la chaise. Au collège c’était déjà plus difficile avec la perspective du réveil à l’aube, du trajet en bus interminable et des profs imbuvables. Au lycée, la nostalgie nous étreint : “c’est un amour de vacances, une histoire sans lendemain…”. On range sandales et maillot puis on déstocke bottines et caban.
Les rouleaux dans lesquels on se jetait sont loin et une vague de morosité envahit la France. Même si certains ont droit à l’été indien, c’est plus pareil. Alors on parle déjà des vacances de la Toussaint ou carrément de l’été prochain. On rêve loin. On s’entend déjà dire aux collègues “c’est passé tellement vite”, “c’est toujours trop court les vacances”. “Je ne veux pas travailler”. Mais la rentrée c’est bien aussi…la cueillette des myrtilles et des champignons, les couleurs flamboyantes de l’automne, les compotes de pommes et soupes de châtaignes, la douceur après la canicule, des tas d’activités qui nous tendent les bras “j’hésite..pilates ou escalade ?”, l’abonnement au théâtre municipal, le pays petit à petit sort de sa torpeur et remet les machines en route, back to business, le calendrier se remplit, l’administration publique se réveille et débloque enfin nos dossiers. On râle, on traîne des pieds mais une part de nous est soulagée de se remettre dans les rails, de reprendre ses rituels confortables. Et puis… il faut bien rentrer pour pouvoir ensuite repartir !

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print

0 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les autres articles

S'abonner à la Newsletter

Je ne spam pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Même catégorie
Catégories
Articles récents

Suivez moi sur les réseaux