On the road again

by-sunsets-2873409_1920

Je suis au volant, ça va durer plusieurs heures. J’avale les kilomètres tranquillement. C’est particulier comme moment parce que je suis obligée de stopper mon hyper-activité pour me consacrer à une seule occupation : conduire. C´est comme une parenthèse, une pause alors que je suis en mouvement justement. Mon corps, bien calé dans le siège, apprécie cette immobilité et mon esprit vagabonde…mais pas de la même manière que pendant les insomnies car maintenant je dois faire attention, rester concentrée, surveiller le compteur, anticiper les ralentissements. Je cogite mais je suis totalement présente aussi. Est-ce que je le double ce camion ? Après tout, je ne suis pas pressée. Je me souviens…j’ai 8 ans, je suis allongée dans la voiture pelotonnée entre mon frère, ma sœur et les bagages. Les sièges arrière ont été abaissés pour faire du coffre un lit de fortune. Il fait nuit et on part en vacances. J’observe les étoiles à travers la vitre et je me laisse bercer. Ici, le soleil se couche et je tourne la tête. Tu t´es endormi, le dossier baissé au maximum, tu as enlevé tes chaussures et calé ton pull sous ta nuque. Je suis fière car tu as abandonné ton destin entre mes mains le temps de quelques soupirs. Je me sens le capitaine de notre navire. Je suis bien près de toi.  Je parcours le paysage et mes yeux apprécient de regarder à l’horizon, ça les repose des écrans. Du chocolat à portée de main droite et un Thermos de thé dans la portière gauche, je suis parée. Peu importe la destination, je savoure ce moment. Je me revois à quinze ans, ma mère me laisse conduire la voiture dans les chemins forestiers. C’est la carotte pour que je l´accompagne ramasser des champignons. Quelques sensations de liberté en échange de mon temps si précieux d´ado…chacune y trouve son compte. Aujourd’hui, plus besoin de négocier pour pouvoir prendre la route, je navigue au gré de mes envies. Je jette un œil dans le rétro intérieur et j’imagine mes futurs enfants. Eux, ils n’auront pas le droit de dormir dans le coffre sans ceinture, bien installés dans leur sièges auto, ils s’endormiront sereinement bercés par le ronron du moteur et la radio en sourdine. Leur tête glissera délicatement sur le côté et leur doudou tombera à leurs pieds. Je souris à cette image. Aujourd’hui, cramponnée au volant, je comprends le sens de l’expression “prendre sa vie en main”. Bon, je vais le doubler, pas parce que je voudrais arriver plus tôt mais pour avoir la vue dégagée, l’impression que la route m’appartient et l´avenir aussi. Cette toute puissance de décider où je vais, avec qui et à quelle vitesse, c’est tout simplement grisant !

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print

0 réponse

  1. Super texte ! En plus ici l’action de “regarder en arrière” est en fait un regard vers l’avenir, j’aime beaucoup !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les autres articles

S'abonner à la Newsletter
Même catégorie
Catégories
Articles récents
A méditer !

Sortie des artistes

A écouter https://radiodre.files.wordpress.com/2020/12/artistes.mp3 A lire J’ai jamais vraiment aimé les manif, je me souviens des

Lire la suite »

Suivez moi sur les réseaux